Archive | Futur RSS feed for this section

20 novembre // 18 heures // Rencontre avec Serge Meurant et Jacques Vandeschrick

7 Nov

sans soleil

Depuis près de trois décennies, Serge Meurant et Jacques Vandeschrick construisent en toute discrétion une œuvre poétique dont la simplicité repose sur un travail attentif à la pesée exacte de chaque mot.

La question de la mémoire, entre autres, est au cœur de leurs derniers recueils, respectivement Ceux qui s’éloignent (Le Cormier) et En qui n’oublie (Cheyne, prix Louise Labé 2014), qui font chacun entendre une voix singulière.

Rencontre animée par Bart Vonck, poète et traducteur.

Serge Meurant est l’auteur d’une vingtaine de livres dont une dizaine ont paru au Cormier. De 2000 à 2008, il a codirigé à Bruxelles le festival Filmer à tout prix, dédié au cinéma documentaire. Plusieurs de ses livres sont nés de collaborations avec des artistes, graveurs, dessinateurs, peintres ou photographes.

Jacques Vandenschrick a publié toute son œuvre poétique aux éditions Cheyne. Formé en lettres romanes et philosophie, il s’est intéressé de près à la culture italienne, la littérature suisse de langue française et l’esthétique. Grand amateur de musique, chroniqueur attentif, il est également un aquarelliste de talent.

FANNY DREYER // STEPHANE DE GROEF // 28 MAI // 17h30

21 Mai

fannystephane 

 

Le 28 Mai 2014, Joli Mai aura deux ans et par conséquent c’est le moment où jamais d’inviter deux talentueux auteurs en même temps. Comme les coïncidences ne viennent jamais seules, ça sera aussi l’occasion de fêter les 43 jours de la sortie de You don’t own the road, merveilleux petit livre de Stephane de Groef au Frémok, et la sortie toute toute proche, à deux jours près, du très attendu La Dame de l’Ascenseur de Fanny Dreyer à La Joie de Lire. Il y aura des crayons de couleur, des enfants, des adultes, du jus d’orange et de la sangria, des trucs à manger qui ne salissent pas les livres et des gens de très bonne compagnie et même un peu de musique. Vous voulez des liens d’internet? Très bien : alors ça c’est pour La dame de l’Ascenseur, et ça c’est pour You don’t own the road.